flamber

flamber [ flɑ̃be ] v. <conjug. : 1>
XIIe; h. 1546; a remplacé flammer, lat. flammare; de flambe
I V. intr.
1Brûler, être l'objet d'une combustion vive avec flammes et production de lumière. Bois sec, papier qui flambe. Bâtisse qui flambe en quelques instants. fam. cramer. Faire flamber une allumette. « Un feu clair flambait dans la cheminée de mon cabinet de travail » (France). Par anal. Produire une vive lumière, jeter de l'éclat. étinceler, flamboyer. « Un soleil de juillet flambait au milieu du ciel » (Maupassant).
2Littér. Être animé d'une vive ardeur. brûler. Rousseau « les désirait toutes [les femmes], il flambait pour toutes » (Henriot). Flamber de passion, de colère.
3Être brûlant. « ça lui incendia la gorge; [...] son gosier flambait » (Sartre).
4Prix qui flambent, qui augmentent très rapidement.
II V. tr.
1(1680) Passer à la flamme. Flamber une volaille, pour brûler le duvet, les dernières plumes. Flamber un instrument de chirurgie, pour le stériliser. Flamber les cheveux, en passer l'extrémité à la flamme, après les avoir coupés ( brûlage) .
2Arroser (un mets) d'alcool que l'on fait brûler. Flamber un caneton au calvados. Intrans. Faire flamber des crêpes ( flambé) .
3Fig. Dépenser follement. Flamber une fortune en peu de temps.
Intrans. Jouer gros jeu ( flambeur). Flamber au casino.

flamber verbe transitif (ancien français flamble, petite flamme, du latin flammula) Passer rapidement une volaille, un gibier au-dessus d'une flamme pour les débarrasser du dernier duvet ou des derniers poils. Faire brûler l'alcool ou la liqueur dont on a arrosé un mets, afin de lui donner un goût spécifique : Flamber une crêpe. Procéder au flambage d'un tissu. ● flamber (expressions) verbe transitif (ancien français flamble, petite flamme, du latin flammula) Vieux. Flamber sa fortune, la dilapider. Flamber un canon, faire partir une étoupille (ou charge d'amorçage) dans un canon tirant des gargousses pour sécher l'âme avant le tir. ● flamber (synonymes) verbe transitif (ancien français flamble, petite flamme, du latin flammula) Procéder au flambage d'un tissu.
Synonymes :
flamber verbe intransitif Brûler vite en jetant des flammes claires : Faire flamber une allumette. Littéraire. Briller d'un vif éclat, luire : Ses yeux flambèrent de colère. S'élever brutalement, en parlant des prix : Les loyers se sont mis à flamber. Argot. Jouer gros jeu et avec passion. Se déformer par flambement. ● flamber (synonymes) verbe intransitif Littéraire. Briller d'un vif éclat, luire
Synonymes :
- étinceler

flamber
v.
rI./r v. intr. Brûler d'un feu vif, en émettant beaucoup de lumière. Le bois sec flambe bien.
rII./r v. tr.
d1./d Passer au feu, à la flamme. Flamber une volaille.
|| Arroser d'alcool que l'on fait brûler. Flamber une banane.
d2./d CONSTR Se déformer par flambage.

⇒FLAMBER, verbe.
I.— Emploi intrans.
A.— Qqc. flambe
1. Brûler, se consumer avec des flammes, en produisant de la lumière. Allumette, bois, bûche qui flambe; incendie qui flambe. Les tisons de son foyer [de Gobseck], toujours enterrés dans un talus de cendres, y fumaient sans flamber (BALZAC, Gobseck, 1830, p. 383). Un tourbillon de feu s'élança dans le grenier, perça le toit de paille (...) et toute la chaumière flamba (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Mère sauvage, 1884, p. 237) :
1. Un feu clair flambait dans la cheminée, jetant de larges clartés jaunes qui dansaient au plafond et sur les murs. La pièce était ainsi éclairée d'une lueur vive et vacillante; la lampe, posée sur une table, pâlissait au milieu de cette lueur.
ZOLA, T. Raquin, 1867, p. 133.
En partic. L'alcool flambe. Brûler de sorte que le degré d'alcool se trouve atténué. L'électricité s'éteignit, le punch flambait (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 16).
Rem. La docum. atteste essentiellement la constr. faire flamber de l'alcool. Faire flamber le cognac, le rhum. Il ferait flamber tout à l'heure l'eau-de-vie dans son café (FRANCE, Bonnard, 1881, p. 395).
2. P. ext.
a) Produire une lumière éclatante, jeter une vive lueur, briller. Nos yeux se fermaient à l'éblouissement du soleil qui flambait sur les flots et chatoyait sur le sable (FLAUB., Champs et grèves, 1848, p. 260). Aucune aube ne blanchissait dans le ciel mort, les hauts fourneaux seuls flambaient, ainsi que les fours à coke, ensanglantant les ténèbres (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1142). Au loin les fenêtres à petits carreaux flambèrent une à une (BERNANOS, Soleil Satan, 1926, p. 75).
b) Être brûlant. La rue flambait, Mathieu eut l'impression de traverser un brasier (SARTRE, Âge de raison, 1945, p. 79) :
2. Au-delà des tuiles blêmes de lumière, la Castille couverte de moissons flambait avec ses fleurs roussies jusqu'à l'horizon blanc. Garcia, possédé par toute cette réverbération, près de vomir d'éblouissement et de chaleur, découvrit le cimetière...
MALRAUX, Espoir, 1937, p. 540.
P. anal. [Le suj. désigne une partie du corps] Être le siège d'une sensation de brûlure. D'horribles douleurs : mal soignées et exaspérées par les prétentaines que j'avais courues, mes entrailles flambaient (HUYSMANS, Soir. Médan, Sac au dos, 1880, p. 142). Philippe reprit le verre et le porta à ses lèvres d'un geste négligent : son gosier flambait, ses yeux mouillaient, il but d'un seul trait (SARTRE, Sursis, 1945, p. 139).
3. Au fig. [Le suj. désigne un affect] Se manifester avec éclat. Un regain d'énergie, qui flambait une heure, et s'éteignait au premier souffle (MARTIN DU G., Devenir, 1909, p. 83). Mon désir, que n'avait pas épuisé ma nuit avec Gina, et qui venait de flamber un instant, retomba lentement (ABELLIO, Pacifiques, 1946, p. 333) :
3. Et comme il était arrivé tant de fois déjà, ce terrible vide intérieur de l'angoisse céda brusquement. L'instinct de la vie revint, si puissant, si impérieux, qu'il crut le sentir flamber dans ses veines, que ses lèvres desséchées, tout à coup humides, s'ouvrirent pour en savourer le goût.
BERNANOS, Mauv. rêve, 1948, p. 957.
B.— Qqc./qqn flambe de
1. Qqc. flambe de
a) [Le suj. désigne un objet, le compl. prép. une lumière ou une couleur] Synon. chatoyer, miroiter. Ciel qui flambe d'éclairs. Un de ces grands soirs d'été, tout flambant de couleurs (FLAUB., Corresp., 1847, p. 31). La chaise vernie flambait de soleil (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 34). Jamais les chasubles (...) n'avaient flambé d'un tel resplendissement de soie et d'or (ZOLA, Rêve, 1888, p. 69).
Rem. La docum. atteste la constr. correspondante qqc. flambe dans. Sa chevelure, libre et nue, flambait dans un dernier rayon de soleil (ZOLA, M. Férat, 1868, p. 14). Le bariolage des étalages, l'or des bijoutiers, les cristaux des confiseurs, les soies claires des modistes, flambaient, (...) dans le coup de lumière crue des réflecteurs (ZOLA, Nana, 1880, p. 1259).
b) [Le suj. (qqc. 1) désigne les yeux, le visage; le compl. prép. (qqc. 2) désigne un affect] Yeux qui flambent d'ardeur, de colère, de désir, de haine; visage qui flambe de colère. Synon. étinceler, flamboyer. Aux premiers mots qu'il [d'Argenton] lut de la lettre d'Indret, ses yeux flambèrent d'une espèce de triomphe méchant (A. DAUDET, Jack, t. 2, 1876, p. 75). [Philippe] sortait de ces combats, l'air hâve et exténué, mais les yeux qui flambaient de fièvre et de génie (ROLLAND, Âme ench., t. 2, 1925, p. 262) :
4. Tout le monde regarda Méhoul que les paroles de Finoche avaient transformé. La taille cambrée, il tournait le dos au feu; son visage flambait d'une joie violente.
AYMÉ, Rue sans nom, 1930, p. 32.
Rem. La constr. qqc. 1 flambe de qqc. 2 correspond à la constr. qqc. 2 flambe dans qqc. 1. Des yeux où flambe le vice. Il s'embrasait... le désir flambait dans ses prunelles (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 84).
[Avec effacement du compl. prép.] Prunelles qui flambent férocement. Le marquis De Bruyères tout rouge de satisfaction et dont les yeux pétillants de désir flambaient comme des escarboucles (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 210). Tout à coup un paquet de sang lui monta au visage. Ses yeux flambèrent (A. DAUDET, Tartarin de T., 1872, p. 30). Ses pupilles noires, aussi dénuées d'expression que celles d'un chat, flambaient avec une phosphorescence animale (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 452).
Rem. On relève une seule attest. de le visage flambe. Elle se tourna vers Mathieu et l'interpella avec feu : (...) elle marcha sur lui, son visage flambait (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 149).
2. Qqn flambe de. [Le compl. prép. désigne un affect] Être vivement animé de. Leurs yeux s'allumaient de la passion du gain, tout le magasin autour d'eux alignait également des chiffres et flambait d'une même fièvre (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p. 500). Irène Chaulieu flambe d'entrain, grisée par sa première escarmouche (COLETTE, Ingénue libert., 1909, p. 169). L'air absent des foules qui vont flamber de colère (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 290).
[Avec effacement du compl. prép.] Être animé d'une vive ardeur, de sentiments violents. Elle flambait, elle était une emballée de Jésus (HUYSMANS, En route, t. 2, 1895, p. 242). Ma joie sainte renaissait, j'attendais l'instant de foudre où je flamberais jusqu'à l'os (SARTRE, Mots, 1964, p. 160) :
5. C'était un de ces jeunes Juifs, brûlés d'intelligence et d'ardeur généreuse, qui souffrent du dur milieu qui les entoure, qui se sont donné pour tâche de relever leur race, et, par leur race, le monde, qui se dévorent eux-mêmes, qui se consument de toutes parts et flambent, en quelques heures, comme une torche de résine.
ROLLAND, J.-Chr., Maison, 1909, p. 1004.
C.— Arg. des joueurs. Qqn flambe. Jouer gros jeu. J'vais au Raspail pour flamber. — Ah! tu vas pour flamber. Mais à quoi qu'vous jouez là-dedans? (SIMONIN, BAZIN, Voilà taxi! 1935, p. 175). Ils [les Nord-Africains de l'hôtel] flambaient aux dominos, se saoulaient la poire (LE BRETON, Rififi, 1953, p. 146).
II.— Emploi trans. Qqn flambe qqc.
A.— Passer à la flamme. Les grands vaisseaux couchés sur le flanc et qu'on flambait avec des broussailles pour les débarrasser des herbes de la mer (A. DAUDET, Tartarin de T., 1872, p. 50).
En partic.
Flamber une volaille, un cochon. Passer à la flamme pour brûler les duvets, les poils. Tu vides, tu flambes, tu trousses ton faisan (GONCOURT, Man. Salomon, 1867, p. 113). Flamber le porc jusqu'à ce que les onglons se détachent (POURRAT, Gaspard, 1930, p. 39).
Rem. On relève flamber qqc. [Le compl. désigne ce qui brûle] au sens de « faire brûler ». L'odeur qui remplit les cuisines quand on flambe les duvets d'un poulet (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 563).
Flamber un instrument chirurgical (ou un objet assimilé). Passer à la flamme pour stériliser. Il (...) prit une seringue à injection, alluma une lampe à alcool, flamba l'aiguille (BOURGET, Sens mort, 1915, p. 77) :
6. Il tira de sa poche un canif, dont une lame très effilée ne formait plus qu'une sorte de court poinçon, la flamba sur une allumette et, à travers la poche de sa culotte, d'un coup, se l'enfonça dans la cuisse.
GIDE, Caves, 1914, p. 720.
Flamber le canon d'une arme à feu. Faire partir une amorce pour sécher l'intérieur du canon avant de mettre la charge. Je flambai mon fusil, je le rechargeai (DUMAS père, Chasse au chastre, 1850, I, 1, p. 183). On vient de brûler la graisse intérieure des canons, de flamber les tubes (ARNOUX, Roy. ombres, 1954, p. 46).
B.— Spéc. Flamber un mets. Arroser de lard fondu, arroser d'alcool qu'on fait brûler. (Faire) flamber des crêpes. J'ai perçu le côté animal qu'il y a en vous, à votre façon de fixer la flamme quand on nous fait flamber une omelette au rhum (MONTHERL., Démon bien, 1937, p. 1326). V. flamboir, infra.
C.— Au fig., fam. Flamber un bien matériel. Dépenser, dilapider follement. Il a flambé sa fortune en peu de temps (LITTRÉ). Supra I C.
REM. 1. Flambeur, subst. masc. a) Technol. Appareil utilisé pour procéder au flambage. Flambeur à acétylène. On a imaginé de construire des flambeurs pour décortiquer les souches de vignes et détruire les parasites qui se trouvent cachés sous les écorces (BRUNET, Matér. vitic., 1909, p. 354). b) Arg. Joueur (plus particulièrement qui joue gros jeu). J'essayai de lui parler [au conducteur] des courses. Car tous les chauffeurs sont des flambeurs (TRIGNOL, Pantruche, 1946, p. 159). C'étaient des flambeurs, des mordus. Ils ne lèveraient pas l'ancre avant d'avoir paumé ou affuré quelques centaines de sacs (LE BRETON, Rififi, 1953, p. 13). 2. Flamboir, subst. masc. Ustensile servant à verser de la graisse sur une pièce de viande, une volaille pour la flamber. Un gros homme (...) armé d'un long flamboir rougi au feu, laissait tomber des gouttes de graisse enflammée sur un énorme gigot (FABRE, Barnabé, 1875, p. 363).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1165 intrans. « briller, étinceler (d'un métal) » (B. DE STE-MAURE, Troie, éd. L. Constans, 12431); 2. fin XIIIe s. [date du ms.] « brûler » (GAIMAR, Hist. des Anglais, éd. Bell, 5356); 3. ca 1393 trans. « passer quelque chose à la flamme » (Ménagier, t. 2, p. 181 ds T.-L.); 4. 1676 trans. « ruiner au jeu » (Mme DE SÉVIGNÉ, Lettre no 542, éd. M. Monmerqué, t. 4, p. 465). Dér. de flambe; dés. -er; a remplacé l'anc. verbe flammer (début XIIIe s. ds T.-L.). Fréq. abs. littér. :914. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 387, b) 1 666; XXe s. : a) 2 487, b) 1 165. Bbg. ARVEILLER (R.). R. Ling. rom. 1972, t. 36, p. 228. — CATACH (N.), METTAS (O.). Encore qq. trouvailles ds Nicot. R. Ling. rom. 1972, t. 36, pp. 367-368. — QUEM. DDL t. 2, 13. — REMACLE (P.). Rem. sur l'étymol. du fr. flamber. In : Rapp. annuel. B. de la Commission royale de topon. et dialectol. 1974, t. 48, p. 16.

flamber [flɑ̃be] v.
ÉTYM. Attestation isolée, XIIe; 1546; a remplacé flammer, du lat. flammare; de flambe.
———
I V. intr.
1 Brûler, être l'objet d'une combustion vive avec production de lumière ( Feu, flamme). || Bois sec, braise (cit. 1), papier qui flambe. || La grange a flambé et l'on n'a pu éteindre l'incendie.(En parlant du feu). Produire de la lumière, des flammes. || Ce feu couve sans flamber.
1 Le voilà bâti, ce bûcher, vous allez voir s'il ne flambera pas !
G. Sand, la Mare au diable, VIII.
2 Un feu clair flambait dans la cheminée de mon cabinet de travail.
France, le Crime de S. Bonnard, in Œ., t. II, p. 267.
2 (1552). Produire une vive lumière, jeter de l'éclat. Flamboyer. || Regard qui flambe. Étinceler; feu (du regard).
3 Un soleil de juillet flambait au milieu du ciel.
Maupassant, la Femme de Paul, p. 9.
Flamber de lumière, de soleil, de couleurs vives.
3.1 (…) la boutique du marchand de vin, ainsi que la salle du premier étage qui en dépendait, flambaient de gaz, bondées déjà de consommateurs, très bruyants, dans l'attente du spectacle.
Zola, Paris, t. II, p. 171.
Des yeux qui flambent de colère.
(1843-1846). Fig. et vx. Attirer l'attention sur soi par son élégance, son charme ou sa beauté.
3.2 Or une créature de la beauté d'Esther ne pouvait pas flamber impunément à l'Avant-scène de la Porte Saint-Martin.
Balzac, Splendeurs et Misères des courtisanes, Pl., t. V, p. 840.
3 Produire une sensation de chaleur, de brûlure, être brûlant (d'une partie du corps). Brûler, cuire.
4 (…) ça avait goût de vin roussi et ça lui incendia la gorge; il reposa le verre précipitamment (…) Philippe reprit le verre et le porta à ses lèvres d'un geste négligent : son gosier flambait, ses yeux mouillaient, il but d'un seul trait.
Sartre, le Sursis, p. 139.
(D'un lieu) :
5 Dehors, la rue flambait; Mathieu eut l'impression de traverser un brasier.
Sartre, l'Âge de raison, VI, p. 79.
4 (V. 1570). Fig. Être animé d'une vive ardeur. Brûler, feu (IV., 3.).
6 Je flambais, je me hâtais, commme les gens qui doivent mourir jeunes et qui mettent les bouchées doubles.
R. Radiguet, le Diable au corps, p. 147.
7 Il (Rousseau) les désirait toutes (les femmes), il flambait pour toutes, et toutes l'émouvaient (…)
Émile Henriot, Portraits de femmes, p. 183.
(Le sujet désigne une réalité psychique). || Énergie, désir qui flambe. || Flamber d'ardeur, de colère, de désir, de fureur.
Se manifester avec vivacité (dans le regard, etc.). || La colère flambe dans ses yeux. Briller.
5 (Le sujet désigne une valeur). Augmenter rapidement. Envoler (s'). || « Les prix ne flambent pas encore, mais les transactions se multiplient » (le Monde, 20 oct. 1998, p. 13).
———
II V. tr.
1 (Av. 1611). Passer à la flamme. || Flamber un cochon de lait, une volaille, pour brûler les poils, le duvet, les dernières plumes. || Flamber des fils. Gazer. || Flamber un instrument de chirurgie, pour le stériliser. || Flamber un arbre fruitier, pour l'écheniller. || Flamber les cheveux, en passer l'extrémité à la flamme après les avoir coupés ( Brûlage).
8 Pasteur poursuivait vaillamment sa croisade. Il demandait aux chirurgiens de flamber leurs instruments (…)
Henri Mondor, Pasteur, p. 118.
9 Pendant que le chirurgien et son aide se lavaient longuement les mains en causant et les infirmiers flambaient les plateaux et y déposaient les instruments (…)
J. Chardonne, les Destinées sentimentales, p. 35.
2 (1680, Richelet). Arroser un mets (viande, volaille, crêpe) d'alcool que l'on brûle. || Flamber un steak au cognac. → Ci-dessous Flambé. || Faire flamber des crêpes.
3 Techn. Vx. || Flamber le canon d'une arme à feu, en faisant partir une amorce (pour sécher le canon).
———
III Fig.
1 Vx. Ruiner, voler (qqn) au jeu.
2 (1865). Vieilli. Dépenser follement. || « Il a flambé sa fortune en peu de temps » (Littré).
3 Intrans. (1878). Argot fam. Mod. Jouer gros jeu ( Flambeur).
9.1 Ensuite, l'avocat a développé une savante théorie relative à la psychologie du joueur.
— Vous flambiez ? demande Alex.
J. Cau, la Pitié de Dieu, p. 156.
———
IV V. intr. Techn. Se déformer sous l'effet d'une compression dans le sens de la longueur. || Le mât, mal haubané, a flambé ( Flambage).
——————
flambé, ée p. p. adj.
ÉTYM. (Fin XVIe).
1 Passé à la flamme. || Aiguille flambée.Omelette flambée; bananes, crêpes flambées, arrosées d'alcool auquel on met le feu. → Crêpe Suzette. || Steak flambé au cognac. || Beignets flambés à la liqueur.
2 Fig. et fam. (Personnes). Perdu, ruiné. || « C'est un homme flambé » (Académie). || Cette affaire est flambée. Fichu, foutu.
10 (…) et voilà ma comédie flambée, pour plaire aux princes mahométans…
Beaumarchais, le Mariage de Figaro, V, 3.
11 — Qu'a-t-il ? demanda Rastignac.
— À moins que je ne me trompe, il est flambé ! (…) il me semble être sous le poids d'une apoplexie séreuse imminente.
Balzac, le Père Goriot, Pl., t. II, p. 1049.
3 Dont la couleur variée évoque des flammes. || Acajou flambé.
N. m. Papillon aux ailes vivement colorées évoquant des flammes.
——————
flambant, ante adj.
ÉTYM. (XVIe; de flamber).
1 Qui flambe. Ardent, brûlant. || Feu flambant.
12 (…) ils aperçurent leur mère et Marie qui venaient au-devant d'eux avec des tisons flambants.
Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, p. 40.
13 (…) la cheminée, flambante et parfumée d'une bourrée de genièvre (…)
A. Bertrand, Gaspard de la nuit, Silves, I.
13.1 Des broussailles bien flambantes ranimèrent les jambes des dormeurs, un peu engourdies par le froid de la nuit.
J. Verne, le Pays des fourrures, t. II, p. 59.
Charbon flambant, houille flambante. N. m. || Flambant : charbon qui produit des flammes en brûlant. || Le flambant : le combustible. || « J'ai le temps d'échafauder le bois d'allumage et le flambant » (A. Sarrazin, la Cavale, p. 240).
N. f. Argot. || Flambante : allumette (H. Bauche, 1929).
13.2 On cherchait du feu ! dit Volpatte.
— Et on en a ! crie Pépin. T'as pas perdu les flambantes vieux manche ?
H. Barbusse, le Feu, t. II, II, XVIII, p. 11
Blason. Se dit d'un ornement ondé en forme de flamme.
Fig. et fam. Qui a l'éclat du feu. || Une rousse à la chevelure flambante. Ardent.
2 (1837). Fig. et fam. Vieilli. Beau, superbe. || Être tout flambant : avoir de beaux habits.Un air flambant. Flambart.
14 Une voiture comme celle qui va sur Beaumont, quoi ! toute flambante ! elle est peinte en rouge et or à faire crever les Touchard de dépit !
Balzac, Un début dans la vie, Pl., t. I, p. 608.
15 (…) je le vis tout à coup pâlir, balbutier, perdre contenance; mais ce ne fut que l'affaire d'un instant : il reprit aussitôt son air flambant, planta dans mes yeux deux yeux froids et brillants comme l'acier (…)
Alphonse Daudet, le Petit Chose, I, XIII.
Loc. mod. (1808). Flambant neuf : tout neuf. Battre II., 4. et 2. battant (battant neuf). || Maison, bâtisse flambant neuf ou flambant neuve. || Des habits flambant neufs. Rare. || Habits tout flambants neufs (A. Dumas, in Grevisse). || La Belle-France (un bateau) flambante neuve (G. Chérau, in Grevisse).
16 Deux lames entrecroisées, l'une ébréchée, l'autre flambant neuf.
J. de Lacretelle, les Années d'espérance, p. 151, in Grevisse.
CONTR. Éteindre (s').
DÉR. Flambage, flambée, flambement, flamberie. — (Du sens III., 3.) Flambeur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • flamber — Flamber. v. n. Jetter de la flamme. Ce bois ne flambe point. faites flamber ce feu. Il est aussi actif & sign. Passer par le feu, ou par dessus le feu. Flamber une chemise. on flambe toutes les hardes qui viennent des lieux pestiferez ou suspects …   Dictionnaire de l'Académie française

  • flamber — Flamber, Flamboyer, Jetter flambe, Flammare. Flamber un cochon en la broche, Inflammato vel ardenti lardo porculum perungere, Lardum inflammatum instillare porculo vel in porculum. La nuée flamboye et reluist, Inardescit solis radiis nubes.… …   Thresor de la langue françoyse

  • flamber — (flan bé) 1°   V. n. Jeter de la flamme. Le bois sec flambe promptement.    Substantivement. •   Quand, au flamber du feu, trois vieilles rechignées Vinrent à pas comptés...., RÉGNIER Sat. XI.    Fig. •   Puis tout flambant de joie en France… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • FLAMBER — v. n. Jeter de la flamme. Ce bois ne flambe point. Faites flamber ce feu.   Il est aussi verbe actif ; et alors il signifie, Passer par le feu ou par dessus le feu. Flamber une chemise. Flamber les hardes qui viennent des lieux pestiférés ou… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • flamber — vi. , brûler avec une vive clarté, flamboyer : FARÂ vi. (Albanais.001, Annecy.003, Thônes.004), fazhèzh (St Martin Porte) ; flamâ vi. (003,004, Saxel.002) || se flamâ vp. (002,003,004) ; FLyANBÂ vi. (Arvillard, Chambéry | 001) ; fwâlyî (001),… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • FLAMBER — v. intr. Jeter de la flamme. Ce bois ne flambe point. Faites flamber ce feu. Il est aussi verbe transitif et alors il signifie Faire passer par le feu ou par dessus le feu. Flamber des instruments de chirurgie, Les passer à la flamme de l’alcool… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • flamber — v.i. Jouer avec passion : Flamber aux courtines. / Être flambé, être ruiné (après une perte au jeu). / Flamber est parfois syn. de frimer (en bien). □ v.t. Dépenser sans compter : Flamber sa paye …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • flamber (un) — Un poignard …   Le nouveau dictionnaire complet du jargon de l'argot

  • Flamber sa fortune — ● Flamber sa fortune la dilapider …   Encyclopédie Universelle

  • Flamber un canon — ● Flamber un canon faire partir une étoupille (ou charge d amorçage) dans un canon tirant des gargousses pour sécher l âme avant le tir …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.